$(document).ready(function(){ accordeong(); accordeond(); chargementmenu(); });

Les maladies chez le chat

persans-noirs-scin.gif

Les chats sont sujets à diverses maladies infectieuses,
dont certaines peuvent s'avérer fatales. Pour protéger
votre chaton, il est primordial de le faire vacciner.
Un rappel annuel, un vaccin annuel
assurera une longue vie à votre chat.

persans-noirs-scin.gif

Panleucopénie féline
Typhus du chat, gastro-entérite infectieuse féline

La panleucopénie féline, également appelée typhus du chat,
est une maladie virale potentiellement mortelle et extrêmement contagieuse.
Elle est due à un parvovirus très résistant dans l'environnement.
Les chatons non vaccinés sont les plus exposés à la maladie.
La vaccination est très efficace pour prévenir l'infection et la maladie.
Les chatons doivent être vaccinés très tôt.

persans-noirs-scin.gif

La PKD ou PolyKystose Disease (Polykystose rénale en francais)

Cette maladie génétique touche certaines races de chat, dont le Persan.
Des kystes remplis de liquide se forment à l'intérieur des reins et
les envahissent peu à peu. Lorsque le tissu rénal n'est plus assez présent,
les symptômes d'une insuffisance rénale chronique apparaissent.
Ces symptômes peuvent être assez nombreux et différents :
dépression, perte d'appétit, léthargie, vomissements,
polydipsie (augmentation de la prise de boisson),
polyurie (augmentation du volume des urines),perte de poids.
L'arrivée des kystes et leur développement
peut fortement varier selon chaque chat.
La date d'apparition des symptômes d'insuffisance rénale
peuvent aussi être très variable : de 2 ans à 10 ans. Il n'existe pas
de traitement spécifique de la PKD.
Comme toute maladie héréditaire, un chat malade a forcement
un de ses parent malade. Et inversement, des
parents sains ne peuvent avoir que des chatons sains.
Ensuite, tout est question de statistique (ou de chance) : si un
des parents est atteint, un chaton a 50 % de risque de l'être aussi.
Si les deux parents le sont, le chaton a 67 % de risque de l'être.
Il existe deux méthodes de dépistage : l'échographie et le test génétique
Une échographie des reins permet de détecter la présence de kystes.
Cette méthode est fiable à 95 % pour un chat âgé de 10 mois.
Mais cela ne vous assure pas que le chaton que vous souhaitez acquérir
est sain (en règle générale, les chatons sont vendus à l'âge de trois mois).
Lors de votre recherche d'un chaton persan, il vaut mieux se
tourner vers la seconde méthode de dépistage, le test génétique des parents.
Ce test est pratiqué par un vétérinaire via un prélèvement de cellules buccales,
très rapide et sans douleur. Le résultat est fiable à 100 % et vous permet,
sur présentation des certificats des deux parents (ou des quatre grands parents),
d'être certain que le chaton que vous souhaitez acquérir est sain.

persans-noirs-scin.gifLa rhino-trachéite virale féline

C'est une infection virale des voies respiratoires supérieures
similaire au rhume chez l'humain. Elle se manifeste par
des éternuements, un écoulement du nez et des yeux
et de la toux. Une fois le virus entré dans l'organisme
du chat, l'infection peut s'établir de façon permanente.

persans-noirs-scin.gifL'entérite féline

Appelée aussi maladie du jeune âge, c'est la principale
maladie mortelle des chatons. Le virus se transmet
par les excréments, et les symptômes sont de violents
vomissements, des diarrhées et une déshydratation.
Réagissez vite car le chat atteint peut décéder dans
les 24 heures. Le traitement se fait par antisérum intraveineux.
Il existe également un vaccin.

persans-noirs-scin.gifLa leucémie féline (FeLV)

Est une affection du sang dont l'issue est fatale.
Elle est provoquée par un virus qui se transmet
par la salive et qui détruit le système immunitaire.
L'animal perd du poids rapidement et il souffre de gingivite.
Il n'y a pas de traitement mais il existe un vaccin.
Inconnu il y a 20 ans, le virus de la leucémie féline (FeLV)
est maintenant considéré comme la principale cause de
mortalité chez le chat. Les chats infectés par le FeLV
vivent rarement plus de trois ans. En effet, le FeLV
détruit la capacité du chat à combattre les infections
de toutes sortes et l'animal meurt d'une maladie à
laquelle il aurait normalement été capable de résister.
Après des années de recherche, un vaccin efficace contre
le FeLV a été mis sur le marché en 1985. Comme la
leucémie féline est si commune (jusqu'à 30% des
chats vivant en groupe y auraient été exposés),
la vaccination est fortement conseillé pour tous les chats
en bonne santé.

 

persans-noirs-scin.gifLa chlamydiose

C'est une infection des voies respiratoires supérieures
causée par une bactérie. Elle peut se traduire par de
la fièvre et un écoulement oculaire et nasal. Les infections
des voies respiratoires supérieures se propagent facilement
d'un chat à l'autre par, entre autres, les éternuements. En
outre, même un chat apparemment en bonne santé peut infecter
votre animal de compagnie. Votre vétérinaire peut
protéger votre chat contre toutes les principales
maladies respiratoires (rhino-trachéite, infection à
calicivirus, chlamydia) et la panleucopénie avec un seul vaccin.
La vaccination devrait débuter entre 7 et 9 semaines suivie
à 3 mois et ensuite annuellement.

persans-noirs-scin.gifLe FIV (virus d'immunodéficience féline)

Sida du chat

Se transmet par le léchage, par de la nourriture
préalablement infectée, par l'allaitement ou lors
de l'accouplement. Après une période de légers malaises
et de fièvre où se développent des ganglions, les défenses
immunitaires sont atteintes. Le chat cesse de s'alimenter
et perd du poids; il souffre de gingivite, de diarrhées,
de vomissements et de complications
oculaires ou dermatologiques.
Des antibiotiques ou des corticoïdes peuvent
temporairement réduire les symptômes, mais il n'y
a pas de guérison et l'issue est fatale. Les porteurs de FiV,
même bien portants, doivent être
tenus à l'écart des chat non contaminées.

persans-noirs-scin.gif

La péritonite infectieuse féline (P.I.F.)

Les symptômes de la PIF

 La clinique est au début peu spécifique : "le chat est malade"... : anorexie, amaigrissement, léthargie,fièvre élevée supérieure à 40°, et qui dure de 5 à 7 jours, voire plusieurs semaines, et qui ne répond pas aux antibiotiques, sont les signes les plus "caractéristiques".

 La maladie progresse, l'état général se dégrade, souvent accompagnée d'anémie et de déshydratation au fur et à mesure de l'évolution.

 On distingue 3 formes : la forme humide, la forme sèche, et la forme intestinale et nodulaire, qui est beaucoup plus rare.

 La Forme Humide : A la suite d'inflammation de certains vaisseaux sanguins, il y a une fuite de protéine du plasma sanguin vers les grandes cavités (thorax, abdomen, péricarde). Avec le temps, se développe une ascite accompagnée d'une maigreur importante. Selon le type des organes internes atteints (foie, pancréas, intestin, ganglions mésentériques, des symptômes secondaires apparaissent : ictère, diarrhée, vomissement. Quand l'épanchement affecte la cavité thoracique, celui-ci s'accompagne de dyspnée et d'intolérance à l'effort. Il est visible à la radio et à l'échographie.

 La Forme Sèche : Cette forme est beaucoup plus difficile à appréhender, elle est en effet plus spécifique d'organes, tels que : - L'œil : Généralement une uvéite antérieure avec myosis ou précipités kératiques, hémorragie oculaire sur le segment postérieur de l'œil. C'est essentiellement la rétine qui est touchée avec des hémorragies et des taches péri-vasculaires.

- Le système nerveux : Cela peut se manifester par des crises de convulsions, des tremblements de la tête, un nystagmus, le fait de tourner en rond, une hyperesthésie, des paralysies ascendantes progressives, des incontinences urinaires.

- Le rein : Néphrites pyogranulomoteuses, apparition de granulomes inflammatoires à la surface du rein, une insuffisance rénale s'installe avec polyurie, polydypsie (soif) et urée.

- Le foie : Une forme pyogranulomateuse peut là aussi exister avec hépatomégalie, ictère, insuffisance hépatique, polydypsie, vomissements.

 La Forme Intestinale Nodulaire : Récemment décrite, surtout chez les jeunes (50% chez les moins de un an), cette forme se manifeste par des diarrhées, des vomissements chroniques, la présence d'une masse intestinale. Il s'agit de pyogranulomes situés dans la paroi de l'intestin à la jonction iléocécale avec une hypertrophie du ganglion mésentérique impossible à différencier des lésions du lymphosarcome. Seule l'histologie permet de faire la différence. Après quelque temps, cette forme évolue vers la forme humide.

Quelle que soit la forme de la PIF, elles évoluent toutes vers la mort de l'animal.

persans-noirs-scin.gif  La toxoplasmose

Se répand par un parasite qui vit dans l'organisme
de tous les êtres vivants à sang chaud et qui se trouve
dans les excréments. Environ 50% des chats ont
la toxoplasmose à un moment ou un autre de
leur vie, mais les symptômes (diarrhées, essentiellement)
apparaissent uniquement chez les chats dont le
système immunitaire est défaillant. Le parasite
survit dans les selles pendant 24 heures avant d'être
transmissible à l'homme. Se débarrasser des litières
usagées rapidement permet de limiter le risque de
transmission qui peut être grave chez la femme
enceinte où le virus peut causer de graves lésions à l'embryon.
Il n'existe pas de vaccin, mais un traitement
à base de vermifuge est suffisant.

persans-noirs-scin.gifLa rage

Cette maladie mortelle, qui peut atteindre l'homme,
se transmet par morsure, coup de griffe ou léchage.
Les symptômes apparaissent dans une période allant
de dix jours à six mois : salivation agressivité, pupilles dilatées,
convulsions. En quelques jours la maladie évolue vers
une paralysie générale et la mort. La rage est une infection
mortelle du système nerveux qui s'attaque à tous
les animaux à sang chaud, y compris les humains.
Traditionnellement, les chiens ont été considérés
comme les principaux porteurs de la rage. Cependant,
depuis 1981, le nombre de cas de rage rapporté
chez les chats a dépassé celui chez les chiens. La rage
représente un danger pour la santé de la population
en général et celle des propriétaires d'animaux de
compagnie. Plusieurs états américains exigent la vaccination
contre la rage et la plupart des vétérinaires recommandent la
vaccination pour tous les chats et les chiens peu importe la
législation en vigueur. La rage peut se transmettre par morsure
de l'animal infecté. Même, les chats gardés à l'intérieur
peuvent entrer en contact avec un porteur de rage dans
une cave, un garage ou un grenier. Comme il n'existe aucun
traitement contre cette maladie, seule la vaccination peut
protéger votre animal de compagnie.

persans-noirs-scin.gifLe coryza

Le coryza du chat est une maladie complexe, car elle n'est pas dûe à un seul microbe, mais à l'association de plusieurs virus et de bactéries. Trois virus sont impliqués dans le coryza et provoquent chacun des symptômes différents :

 * Un virus de la famille des "Herpes virus" provoquant une infection du nez et des voies respiratoires. Les symptômes sont : toux, éternuements, importants écoulements au niveau des yeux et du nez, conjonctivite et faiblesse de l'état général (perte d'appétit et fièvre).C'est le virus le plus dangereux. Il peut être mortel chez des animaux affaiblis si l'on ne met pas en place un traitement rapide.

 * Un Calicivirus provoquant lui aussi de la fièvre et de l'abattement, des écoulements oculo-nasaux et surtout des ulcères dans la bouche (plaques rouges très nettes sur la langue ou les gencives). Ces plaies dans la bouche sont douloureuses et provoquent salivation importante et perte d'appétit.

 * Un Réovirus bénin qui provoque quelques larmoiements.

 A ces atteintes virales il faut ajouter les bactéries qui très souvent se surajoutent et provoquent des complications chez les chats déjà affaiblis: pus dans les yeux et le nez.

 Les principaux symptômes

Après une incubation courte (2 à 5 jours), les signes respiratoires (toux, éternuements), les écoulements des yeux et du nez, la perte d'appétit et parfois les tâches rouges dans la bouche apparaissent, de manière plus ou moins importante selon les animaux.Si plusieurs chats présentent les mêmes symptômes au même moment, il est fort probable qu'il s'agit du Coryza qui est une maladie très contagieuse. La contagion s'effectue, (comme pour la grippe chez l'homme), sans contact direct, par les éternuements ou quand les chats se soufflent dessus.

 La maladie non traitée peut évoluer vers une guérison naturelle chez certains animaux résistants. Mais attention elle peut quelquefois se compliquer d'une nécrose des os du nez, avec infection généralisée, et finir par la mort de l'animal si celui-ci est déjà affaibli et refuse de s'alimenter.

 Un chat guéri du Coryza peut rester porteur de longues années, et être à nouveau contagieux à la suite d'évènements tels qu'un stress, une mise-bas ou une autre maladie.

persans-noirs-scin.gif

 

 


Date de dernière mise à jour : 22/09/2013

Pagerank service danslemonde.net Classement de sites - Inscrivez le vôtre! 



 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×